Nigéria : le régulateur affiche son optimisme sur la vente d’actifs d’Exxon à Seplat

Crédit : DR

Le chef de l’agence de régulation pétrolier, la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) s’est dit « très optimiste » par rapport à la vente d’actifs du Major de pétrole d’Exxon Mobil à Seplat Energy , afin d’avancer dans ce dossier, a-t-il déclaré mercredi.

L’année dernière, le régulateur Nigerian – la Nigerian National Petroleum Corporation -NNPC) – avait refusé de donner son feu vert pour la vente de 1,28 milliard de dollars, d’actifs. Ce qui, selon certains acteurs de l’industrie, était la clé pour obtenir des investissements nécessaires dans le secteur du pétrole et du gaz au Nigeria. « Nous sommes très optimistes quant au retour des parties à l’opération, nous étudieront la position du régulateur et reviendront pour respecter les dispositions des lois nigérianes et la bonne chose sera faite », a déclaré Gbenga Komolafe, directeur général de la Commission nigériane de réglementation du pétrole en amont (NUPRC) a l’occasion d’une conférence africaine sur l’énergie. Komolafe a déclaré qu’Exxon Mobil « n’a pas acheminé la transaction » conformément aux dispositions de son accord d’exploitation conjoint, mais il a estimé qu’une fois qu’Exxon aurait conclu des accords en bonne et due forme avec ses partenaires de l’entreprise commune dans les actifs, « l’autorité de régulation fera ce qu’il doit ». La compagnie pétrolière publique NNPC s’était également opposée à la vente, faisant valoir qu’elle avait des droits de préemption sur les actifs. La NNPC n’a pas fait de communication publique sur la question de savoir s’il avait proposé d’acheter les actifs.

A lire aussi : Chronique : Manne pétrolière – l’Afrique refuse la formule « sans énergies fossiles » de l’occident

Le Nigéria, premier exportateur de pétrole d’Afrique, dépend du pétrole pour 90 % de ses devises, et la moitié de son budget. Mais la production a baissé ces dernières années en raison d’une longue période de sous-investissement. Plusieurs majors pétroliers internationaux cherchent actuellement à se défaire de leurs actifs, mais les éventuelles transactions se sont heurtées à des obstacles juridiques et réglementaires. Le mois dernier, la NNPC a déclaré qu’une filiale de l’Italienne Eni n’avait pas eu son consentement avant d’annoncer une opération de vente d’actifs pétroliers onshores à la société locale Oando, un manquement qui, selon elle, aurait enfreint les termes de leur accord d’exploitation conjoint.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici