Ouganda : le premier baril de pétrole attendu en fin 2025

La France recevra très prochainement et pour la première fois une cargaison de pétrole brut en direction du Niger.

C’est en janvier 2023 que le président ougandais a lancé les puits de développement et de production du champ Kingfisher tandis que ceux du projet Tilenga ont débuté en juin 2023. Des projets où le premier baril est attendu en 2025.

Jusque-là, onze puits ont été forés : huit à Tilenga (Nord-Ouest) et trois à Kingfisher dans l’ouest du pays avec une capacité de production respective de 190.000 et 40.000 barils de pétrole par jour. « Le gouvernement et ses partenaires travaillent sans relâche. Je suis heureux d’annoncer que nous sommes sur la bonne voie pour avoir le premier baril de pétrole d’ici la fin de 2025 », a fait savoir Ruth Nankabirwa, ministre de l’Énergie et du Développement minier, devant le Parlement. Face aux élus du peuple, Mme Nankabirwa a mis en lumière l’état des projets pétroliers et gaziers en Ouganda. La production de l’or noir dans le pays mobilisera « un total de 457 puits et 35 plateformes » à en croire ses propos. Pour l’instant, huit et trois puits de pétrole se trouvent respectivement à Tilenga (Nord-Ouest) et Kingfisher (Ouest) « La construction des installations centrales de traitement dans ces deux régions est en cours. Elle devrait s’achever d’ici 2025. À Tilenga, les travaux sont exécutés à 33 % contre 12 % à Kingfisher », a précisé la ministre de l’Énergie et du Développement minier.

A lire aussi : Mégaprojet pétrolier de TotalEnergies en Ouganda: la justice française déboute les ONGs qui s’opposent au projet

On s’en rappelle, c’est en janvier 2023 que le président ougandais a lancé les puits de développement et de production du champ Kingfisher tandis que ceux du projet Tilenga ont débuté en juin 2023. Dans l’optique de tirer davantage de profits de ses ressources naturelles, le gouvernement ougandais a attribué d’autres gisements à des entreprises pour exploration. « Nous avons délivré des licences à Armor Energy Limited pour la région de Kanyawataba, à Oranto Petroleum Limited pour Ngassa Shallow et en profondeur, et plus récemment à l’UNOC pour le bloc Kasurubani et à DGR Global pour le bloc Turaco », a détaillé Ruth Nankabirwa. « La nouvelle politique créera un environnement propice à une exploration, un développement, une production et une commercialisation plus rapides et efficaces des ressources découvertes et à l’utilisation des produits pétroliers dans le pays, tout en reconnaissant les initiatives de transition énergétique », a ajouté la ministre de l’Énergie et du Développement minier qui réfléchit actuellement sur « une politique nationale globale du pétrole ».

A lire aussi : Intégration sous-régionale : l’exploitation du pétrole pousse le Bénin et le Niger à renforcer leur coopération économique

Dans le souci de faire face à la demande locale en pétrole, l’Ouganda envisage la construction d’une raffinerie d’une capacité de 60.000 barils par jour à Kabaale (Est). Concernant l’oléoduc d’Afrique de l’Est (EACOP), Mme Nankabirwa a indiqué que « les travaux de génie civil ont commencé en août 2023 et que le plan d’actions de réinstallation pour les personnes affectées dans les dix districts traversés par l’EACOP est en cours ». À l’hémicycle, la ministre de l’Énergie et du Développement minier a été interpellée sur le retard constaté dans la phase de forage des puits de pétrole. Elle a assuré que le volume nécessaire sera atteint d’ici 2025. Pour ce qui est du retard dans les délais, la ministre met en cause les Organisations Non Gouvernementales (ONG) et aux organisations de la société civile luttant contre les énergies fossiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici