Egypte : un prêt de 250 millions USD de l’AFC en partenariat avec l’ITFC

La Banque mondiale va fournir à l'Egypte 6 milliards de dollars sur trois ans. Linstitution a déclaré que 3 milliards de dollars seraient destinés aux programmes gouvernementaux et 3 milliards au secteur privé, le tout sous réserve de l'approbation du conseil d'administration du groupe.(Crédit : DR).

L’économie égyptienne confrontée aux fortes  pressions inflationnistes mondiales vient d’obtenir un soutien des institutions financières. Le prêt estimé à 250 millions de dollars  vise à  multiplier l’achat de produits pétroliers et de matières premières agricoles essentielles.

L’Africa Finance Corporation (AFC) et l’International Islamic Trade Finance Corporation (ITFC) ont annoncé l’octroi d’un  prêt de 250 millions $ en faveur de l’Egypte afin qu’elle  renforce sa résilience économique. L’information est issue d’un communiqué de l’AFC publié le mardi 16 janvier 2024. L’opération a pour locomotive de participer à l’achat en grande quantité de produits pétroliers par la Société générale égyptienne du pétrole (EGPC) tout en renforçant la sécurité alimentaire à travers l’importation de produits agroalimentaires essentiels par l’Autorité générale pour l’approvisionnement en produits de base (GASC). « Cette initiative actuelle devrait avoir un impact durable sur le paysage économique de l’Egypte, en renforçant sa résilience et en préparant le terrain pour des progrès continus », indique la note.

A lire aussi : L’Egypte – Éthiopie : Toujours pas d’accord sur le Grand barrage de la « discorde » 

L’Égypte, vaste pays dAfrique du Nord se trouve aujourd’hui embourbée par les effets persistants des pressions inflationnistes mondiales. Une conjoncture économique difficile qui avait contraint de réduire en octobre 2023, de 15 à 25 % les prix de vente de sept denrées de base sur le marché local durant 6 mois. S’agissant du secteur pétrolier, l’Etat égyptien a mis en place de multiples initiatives tendant à encourager l’exploration et le développement des ressources pétrolières dont cinq nouveaux projets de raffinage de pétrole et de pétrochimie d’un investissement cumulé de 5 milliards $ ont été finalisés depuis 2016.  Des actions fortes qui ont permis de faire grimper la capacité de production du pays à 4,30 millions de tonnes à la fin de l’exercice 2021/2022 contre 2,10 millions de tonnes durant l’exercice 2015/2016, selon la même source.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici