RDC : la Gécamines va réviser ses coentreprises avec des majores minières

minerais de cobalt

La société minière d’État de la République démocratique du Congo (RDC) étend ses efforts pour extraire davantage de ses coentreprises de cuivre et de cobalt, cherchant à négocier des participations plus élevées à tous les niveaux afin d’obtenir un effet de levier dans la gestion de certaines de ses sociétés minières, possédant les plus grandes mines.

La Gécamines exploite également ses participations existantes dans les mines pour négocier des contrats d’enlèvement dans le but de commercialiser elle-même le cuivre et le cobalt. La société minière souhaite que davantage de dirigeants locaux siégeant aux conseils d’administration des coentreprises aient davantage leur mot à dire dans la manière dont les actifs sont gérés, a déclaré à Reuters Guy Robert Lukama, président de la Gécamines. Ces projets pourraient impliquer de réviser certains termes d’accords que la Gécamines juge défavorables, afin de tirer profit de la ruée mondiale vers l’approvisionnement en minéraux essentiels à la transition mondiale vers l’énergie verte.

Les sociétés minières chinoises ont joué un rôle clé dans la production du plus grand fournisseur mondial de cobalt, un composant clé des batteries pour véhicules électriques et téléphones portables. Le Congo est également le troisième producteur mondial de cuivre. Le gouvernement du président Félix Tshisekedi avait précédemment déclaré que certains accords étaient fortement biaisés en faveur de la Chine, obligeant certaines entreprises soutenues par l’État à trouver un milliard de dollars supplémentaire dans le cadre d’un pacte renégocié sur les infrastructures minières.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici