Finance : le FMI constate les progrès de l’Egypte

La Banque mondiale va fournir à l'Egypte 6 milliards de dollars sur trois ans. Linstitution a déclaré que 3 milliards de dollars seraient destinés aux programmes gouvernementaux et 3 milliards au secteur privé, le tout sous réserve de l'approbation du conseil d'administration du groupe.(Crédit : DR).

Les négociations avec l’Egypte en vue de renforcer son programme de prêts du Fonds monétaire international progressent, a déclaré jeudi le FMI, estimant que l’Egypte avait besoin d’un « programme de soutien très complet » pour faire face aux défis économiques, y compris les pressions sociales, la guerre à Gaza.

La porte-parole du FMI, Julie Kozack, a déclaré lors d’une conférence de presse régulière que les services du FMI et les autorités égyptiennes étaient d’accord sur les principaux éléments des changements de programme dans le cadre des premières et deuxièmes revues combinées du prêt égyptien existant de 3 milliards de dollars. Interrogé sur l’impact sur les négociations des défis posés par l’entrée prévue des réfugiés de Gaza en Égypte, Kozack a déclaré : « Il est nécessaire de disposer d’un programme de soutien très complet pour l’Égypte, et nous travaillons en très étroite collaboration avec les autorités égyptiennes. et leurs partenaires pour garantir que l’Égypte n’a pas de besoins de financement résiduels et également pour garantir que le programme est en mesure d’assurer la stabilité macroéconomique et financière en Égypte« .

Le FMI a ensuite précisé dans un communiqué que ce programme politique global « soutiendrait le programme de réforme économique » en Égypte. Pour rappel, le FMI a diminué en janvier ses prévisions de croissance du PIB pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord pour 2024 à 2,9 %, en baisse de 0,5 point de pourcentage par rapport à octobre, en raison des impacts de la guerre entre Israël et le Hamas. Les perspectives de croissance de l’Égypte pour 2024 ont été réduites de 0,6 point de pourcentage à 3,0 %. Le FMI continue de surveiller l’impact économique des attaques contre le canal de Suez et la navigation sur la mer Rouge, qui détournent les flux commerciaux du canal vers le cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud, augmentant ainsi le temps et les coûts des voyages Europe-Asie. La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’avant la guerre, l’Égypte percevait environ 700 millions de dollars par mois en frais de transit du canal de Suez et qu’elle perdait désormais « des centaines de millions de dollars » par mois à cause des attaques des militants houthis sur la mer Rouge.

A lire aussi : L’Arabie Saoudite, l’Égypte et l’Éthiopie rejoignent officiellement les BRICS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici