Le Ghana échoue à trouver un accord avec ses créanciers internationaux

Le parlement du Ghana s'est de nouveau réuni pour approuver le prêt de la Banque mondiale.(Crédit : DR).

Le Ghana n’a pas réussi à conclure un accord viable sur la dette avec deux groupes de détenteurs d’obligations dans le cadre de sa volonté de restructurer 13 milliards de dollars d’obligations internationales, a déclaré lundi le gouvernement, ce qui porte un coup à ses efforts pour sortir rapidement de la crise.

Le Ghana ne parvient pas à conclure un accord sur la dette avec les détenteurs d’obligations internationales. Les négociations formelles étaient pour l’instant suspendues après que le Fonds monétaire international a indiqué que l’accord ne correspondrait pas à ses paramètres de viabilité de la dette, a indiqué le gouvernement dans un communiqué.« Nous nous regrouperons pour poursuivre les négociations jusqu’à ce que nous parvenions à un accord conforme aux objectifs de viabilité de la dette du FMI », a déclaré le bureau du ministre des Finances Mohammed Amin Adam sur X, après que le gouvernement ait publié sa déclaration réglementaire. Il a déclaré que le Ghana avait conclu un « accord intérimaire » avec les détenteurs d’obligations, mais que celui-ci devait être modifié pour atteindre les objectifs du FMI. Le Ghana était en pourparlers formels avec deux groupes de détenteurs d’obligations depuis le 16 mars : un groupe de gestionnaires d’actifs et de fonds spéculatifs occidentaux et un autre comprenant des banques régionales africaines. Le groupe régional a également rejeté une partie des changements proposés, notamment une option permettant de conserver la valeur initiale des obligations avec une échéance plus longue et un coupon inférieur. En décembre 2022, le Ghana a fait défaut sur la majeure partie de sa dette extérieure de 30 milliards de dollars alors qu’il tombait dans une crise économique. L’économie du deuxième producteur mondial de cacao a depuis commencé à se redresser, avec une croissance de 2,9 % dépassant les 2,3 % prévus par le FMI en janvier.

A lire aussi : Ghana : la banque centrale anticipe une hausse de l’inflation

Dans sa déclaration officielle, le gouvernement ghanéen a déclaré qu’il s’efforçait de satisfaire aux exigences du FMI. Les obligations libellées en dollars, appelées euro-obligations, ont chuté lundi entre 2,6 et 3,2 cents, la plupart des échéances s’échangeant entre 46 et 48 cents pour un dollar, selon les données de Tradeweb. Les détenteurs d’obligations régionales estiment qu’un accord est possible avant la fin de l’année étant donné que l’économie ghanéenne se comporte mieux que ne le supposait l’analyse initiale du FMI, Samuel Sule, directeur général de Renaissance Capital Africa et conseiller financier du groupe. Le FMI a approuvé un programme de prêt de 3 milliards de dollars sur trois ans pour le Ghana en mai 2023, sous réserve que le gouvernement mette en œuvre des réformes et finalise une restructuration de la dette que le fonds juge durable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici